Catégories

Tags

Revue VINYL georges chelon jean ferrat Léo FERRE Julos BEAUCARNE Serge REGGIANI marcel amont graeme allwright Francesca Solleville Georges Brassens Hugues AUFRAY Georges MOUSTAKI JEAN SABLON www.jeansablon.com Morice BENIN Jean Guidoni Leonard COHEN Marc ROBINE Anne Sylvestre Jean Vasca Michèle BERNARD François BÉRANGER Pierre Louki Gilbert Laffaille George SAND Juliette GRECO Henri TACHAN Leny Escudero Yves DUTEIL Bernard DIMEY allain leprest Mouloudji Félix LECLERC Guy BÉART Art et Chansons Téléchargement pdf REVUE VINYL Tom PAXTON Romain Didier Catherine SAUVAGE Michel VIVOUX helene martin site officiel Vinyl Francis LEMARQUE Monique MORELLI Lucid BEAUSONGE Bernard LAVILLIERS les freres jacques Bernard ASCAL Cora VAUCAIRE Jehan JONAS Michel BÜHLER Nicole CROISILLE Serge GAINSBOURG Jacques Yvart Pierre VASSILIU Jack TREESE Jacques DOUAI Jean-Roger CAUSSIMON Marc OGERET Marie Paule BELLE Gérard LENORMAN Isabelle AUBRET Jacques Bertin Joan BAEZ pierre tisserand Anne VANDERLOVE CHANSON PLUS BIFLUORÉE Charles AZNAVOUR Pierre BAROUH Agnès Bihl David McNEIL Jean-Claude PASCAL Jacques Higelin Colombe FRÉZIN Alice DONA Herbert PAGANI Jean-Michel CARADEC histoire de ma vie Jacques VASSAL Pete SEEGER Cathy FERNANDEZ jacques brel Colette MAGNY Angelo BRANDUARDI Bourvil Jean SABLON Boris VIAN Nicolas PEYRAC Richard GOTAINER James OLLIVIER Gilbert BECAUD Jacques PREVERT Daniel GUICHARD www.francescasolleville.com Richard ANTHONY Charles TRENET Boby LAPOINTE PATACHOU Chantal GRIMM Marie MYRIAM

Newsletter

LAPOINTE Boby 8 produits


PRÉSENTATION:

S’il avait eu la bonne idée de mourir de son vivant, il aurait pu profiter de la notoriété qui s’ensuivit. Et il aurait eu la joie de vendre du disque.
Robert – et bientôt Bobby puis Boby – Lapointe est né à Pézenas en 1922. Son papa, Ernest-François ne s’exprime qu’en plaisantant Quelques années plus tôt, il s’est fait mal à la guerre mais on l’a soigné autre part… et il a épousé sa jolie infirmière bénévole de la Croix-rouge, Elodie Nimod qui, elle, ne s’exprime qu’en chantant. On comprend l’hérédité de Boby.
L’enfance de Boby se déroule dans un univers musical puisque Papa possède un tambour, un trombone et un violon (mais pas d’hélicon).
Tout petit, Boby fait déjà des jeux de mots. Avec sa petite sœur Huguette et des copains, ils inventent des spectacles qu’ils jouent à la fin des banquets devant les parents et les amis. Il apprend aussi le violon et se passionne pour les mathématiques. Il ira même jusqu’en math sup’. Mais les études sont interrompues par la guerre. Il est incorporé aux Chantiers de jeunesse dans le Gard où on lui fait jouer du tambour. Au début 43, le STO l’envoie en Autriche mais il s’évade par le train et se cache chez des amis. La guerre finie, il arrive à Marseille où il trouve un emploi de scaphandrier : il nettoie le port de La Ciotat des épaves de la guerre. Il monterait bien une petite entreprise dans cette profession : il se rend à Paris pour obtenir des bons de l’administration. Il en profite pour aller voir LES FRÈRES JACQUES à l’A.B.C. Il se dit alors que les textes qu’il écrit auraient peut-être une chance.
Aux vacances 46, il fait la connaissance de Colette, qu’il épouse en décembre. Ils ont deux enfants : Martine en 48 et Jacky en 50. A cette époque, il écrit Le poisson fa et Sentimental bourreau. Et il revoit LES FRÈRES JACQUES qui lui conseillent de tenter sa chance à Paris.
Au printemps 51, la famille s’installe donc à Paris où François-Ernest leur a acheté une boutique de modes et layettes. Boby a écrit « Les douze chants d’un imbécile heureux » qu’il présente dans les maisons d’édition. Il essaie de mettre un pied dans le milieu de la chanson. En 54, il rencontre Etienne LORIN, l’accordéoniste de BOURVIL, qui signe la musique d’Aragon et Castille. BOURVIL chante la chanson dans le film « Poisson d’avril » mais elle passe inaperçue. Boby et Colette dont les activités les éloignaient l’un de l’autre, finissent par divorcer. Boby trouve un emploi d’installateur d’antennes de télévision sur les toits. Et il se remet à écrire des chansons qu’il interprète dans des restaurants miteux, en tenue d’homme-grenouille.
Un soir de 1959, il se rend au « Cheval d’or », cabaret tenu par Léon TCHERNIAK. Il y a là le duo SUC et SERRE : Jean-Pierre SUC est de son pays ; ça le rassure. Il chante mal, pas du tout en mesure mais on s’aperçoit qu’il a de la personnalité. Philippe WEIL, directeur chez Fontana, vient un soir au Cheval d’or. Il décide de faire enregistrer ce personnage extravagant. Et au printemps 60, Boby enregistre un super 45 tours avec cinq chansons dont le fameux Aragon et Castille. Et aussi Framboise, Le poisson fa. Et puis Jean NOHAIN le demande pour ses émissions. Et Jacqueline FRANCOIS trouve que Aragon et Castille irait bien à sa copine Ginette GARCIN, qui cherche à se créer un répertoire. Et voilà Boby engagé à l’Alhambra en première partie de Charles AZNAVOUR ; puis à l’Olympia en première partie de Johnny HALLYDAY. Et dans le film de François TRUFFAUT, « Tirez sur le pianiste ».
Et puis il vient de se remarier avec Manouchka, dont les chansons sont prises par PATACHOU, Colette DERÉAL, Juliette GRÉCO, Jean-Claude PASCAL.
En 61, il enregistre neuf nouvelles chansons dont Bobo Léon, Le beau voyage… Mais il retourne le plus souvent possible à Pézenas pour voir les enfants et les emmener à la mer. Il va même jusqu’à refuser une tournée organisée par Jacques CANETTI. Il en acceptera une en 64, ce qui lui permettra de rencontrer le chef d’orchestre Oswald d’ANDRÉA, avec qui il enregistrera sept chansons, dont la fameuse Ta Katie t’a quitté.
Cette même année 64, première expérience de comédien, pour la télévision : Le commandant Watrin. Et Jean-Christophe AVERTY fait appel à lui.
A la suite d’un accident de voiture avec Bichon (sa troisième épouse), il passe des examens médicaux : il ne gardera pas de séquelles mais on diagnostique un cancer à l’estomac. Alors, pour l’aider, Pierre PERRET bat le rappel des copains et Lucien MORISSE organise un Musicorama à l’Olympia. On remet la recette à Boby car il va être quelque temps sans pouvoir travailler.
En 66, il a de nouvelles chansons, alors il va frapper chez Lucien MORISSE, patron des disques AZ. Il enregistre en 66 et 67 trois nouveaux super 45 tours avec les perles : Le papa du papa, Le saucisson de cheval (n° 1 et 2), L’aubade à Lydie en do, L’été où est-il ? From two to two (idée soufflée par Maurice FANON, ancien prof d’anglais).
En 69, il enregistre le fameux duo « Depuis l’temps que j’l’attends mon prince charmant » avec l’auteur, Anne SYLVESTRE, ancienne complice du Cheval d’or. Et il a un tas de nouvelles chansons. Il peut les enregistrer grâce à Joe DASSIN, qui produit son disque pour le plaisir. Tout un 30 cm ! Le seul de sa carrière, et son dernier disque.
Les dernières années de sa vie, sa carrière cinématographique commençait à se préciser. Dans « Tirez sur le pianiste », il était simplement le chanteur. Maintenant, on lui demande de faire l’acteur : Claude SAUTET pour « Les choses de la vie » et « Max et les ferrailleurs », Marcel CARNÉ pour « Les assassins de l’ordre », Pierre GRANIER-DEFERRE pour »La veuve Couderc », André DELVAUX pour « Rendez-vous à Bray ».
Après un troisième divorce ( !) il part en tournée avec Maurice FANON mais, en même temps, il doit se rendre régulièrement à l’hôpital Saint-Louis pour sa chimiothérapie. En fin d’année, Pierre PERRET le veut en première partie pour sa rentrée à Bobino.
Boby LAPOINTE a cessé d’exister pour l’état civil en 1972 mais on n’en finit pas de redécouvrir son œuvre (50 chansons) et de lui rendre des hommages. Il est temps !

© Jean-Paul CHEVALLEY
www.friendship-first.com
www.revue-vinyl.com

sous-catégories


Panier  

(vide)

FRAIS DE PORT OFFERTS
à partir de 65€

Artiste du mois

LES ENFANTS TERRIBLES

PRÉSENTATION:

Le groupe LES ENFANTS TERRIBLES, au fil du temps, est devenu une légende de la Chanson Française absolument incontournable pour la richesse des harmonies de ses chansons qu'on ne veut plus quitter écoute après écoute...
© Christian VERROUIL www.friendship-first.com

En savoir plus